Sommeil agité de bébé : faut-il s’inquiéter ? 0-1 an

Laudavie

Le sommeil de bébé est rarement un long fleuve tranquille ! Il n’est pas rare que les nourrissons alternent des phases où ils vont très bien dormir avec des périodes où leurs nuits sont plus agitées. Il est toutefois important d’être vigilant et attentif afin de réagir rapidement si ces difficultés transitoires se transformaient en véritables troubles du sommeil.

 

À quel âge un bébé doit-il faire ses nuits ?

Voilà une question aussi récurrente que polémique ! Tous les parents se la posent et si ce n’est pas le cas, tout leur entourage est là pour leur poser. La fatigue et le stress aidant, un mois de nuits entrecoupées peut sembler une éternité. Pourtant, il est absolument normal qu’un nouveau-né puisse éprouver des difficultés à faire des nuits complètes. Il ne parvient pas encore à faire la différence entre le jour et la nuit, et va dormir entre 17 et 20 heures jours en enchaînant des cycles de sommeil très courts. Il se réveillera pour manger puis se rendormira.

A mesure qu’il grandit, ses plages d’éveil vont être de plus en plus longues…mais cela peut aussi être valable pendant la nuit. Difficile pour les parents, mais absolument pas inquiétant pour bébé ! Il n’est donc pas utile de s’inquiéter outre mesure lorsqu’un nourrisson de 3 mois se réveille encore régulièrement. Bien sûr, nous avons tous connu autour de nous des parents très fiers d’annoncer que leur tout petit avait fait ses nuits dès la sortie de la maternité. Rassurez-vous, ce n’est pas le cas pour une très grande majorité des enfants. Inutile donc de se mettre une pression inutile et de s’inquiéter outre mesure.

 

Les causes d’un sommeil agité

Les causes d’un sommeil agité peuvent être nombreuses et, avant de s’inquiéter, il est important de les prendre en compte :

Bébé fait ses dents

Les poussées dentaires sont une épreuve pour bébé, mais aussi pour toute la famille car il n’est pas rare qu’elles perturbent énormément le sommeil de l’enfant. Pas de recette miracle dans ce cas, il faut seulement soulager bébé et…attendre que ça passe !

L’angoisse de séparation

Vers l’âge de 8 ou 9 mois, bébé prend conscience qu’il est un individu à part entière et peut avoir le plus grand mal à quitter ses parents pour aller au lit. Les couchers sont alors difficiles.

Une digestion difficile

Les premiers mois, le système digestif immature de bébé peut lui occasionner des douleurs. Gazs, coliques et maux de ventre sont très fréquents. On peut observer le même phénomène au moment de la diversification et lors de l’introduction de nouveaux aliments.

Bébé est malade

Un rhume, une otite, autant de petites maladies qui ont un impact immédiat sur le sommeil de bébé.

Un nouvel apprentissage

Bébé se retourne, il se met assis, il marche ou commence à parler, autant d’étapes importantes de son développement qui peuvent jouer sur la qualité de son sommeil.

Il a besoin de vous

Cela peut paraître évident mais bébé peut se réveiller la nuit et réclamer votre présence tout simplement parce qu’il a besoin de vous. Il veut être rassuré, câliné, consolé. Il s’agit alors de répondre à ses besoins et d’être à ses côtés, même si la fatigue se fait sentir.

Un événement dans le foyer

Même si bébé n’est pas en capacité d’intellectualiser ce qui se passe autour de lui, il ressent tout. Un déménagement, des difficultés entre ses parents, une perte d’emploi, une maladie, tout ceci peut avoir un impact sur son sommeil.

 

calmosine sommeil

 

Bébé dort mal : quand s’inquiéter ?

Éliminer les causes que nous venons d’énoncer peut vous permettre de faire la part des choses entre des troubles du sommeil normaux et transitoires, et des troubles pathologiques. N’hésitez pas à en discuter avec votre pédiatre ou un spécialiste du sommeil afin de prendre conseil. Il suffit parfois d’un petit détail, d’un changement dans la routine, pour que tout rentre dans l’ordre.

Certains signes sont toutefois à surveiller :

Bébé pleure énormément, fait beaucoup de bruits de bouche, se tortille beaucoup et semble être soulagé par la position verticale ? Il pourrait s’agit d’un RGO (reflux gastro-œsophagien). Parlez-en sans attendre à votre pédiatre.

Le manque de sommeil de bébé retentit sur son comportement pendant la journée : il semble fatigué, apathique, se désintéresse de ses jeux, est irritable. Il est donc important de remédier au problème rapidement.

Les difficultés de sommeil ne sont pas causées par une maladie quelconque ou même un traitement (la cortisone est notamment connue pour être très excitante).

Ses réveils nocturnes durent plus de 20 minutes et surviennent plus de 4 à 5 nuits sur 7.

Bébé ne parvient pas à se rendormir seul et l’un de ses parents doit passer de longues minutes à le bercer.

Les difficultés de sommeil de bébé durent depuis plus de trois mois.

 

Bébé dort mal, comment réagir ?

Les parents doivent se rassurer : il est parfaitement normal d’être fatigué, épuisé et d’éprouver des difficultés à supporter le manque de sommeil. Et il est également parfaitement compréhensible (et même conseillé !) de demander de l’aide. Dans un premier temps, une consultation avec le pédiatre de bébé vous permettra d’éliminer une cause médicale. N’attendez pas un an avant de consulter. Un bébé de 10 mois qui se réveille encore toutes les deux heures, cela n’est pas normal. Il peut aussi être très utile de consulter un spécialiste du sommeil qui sera peut-être plus à même de vous accompagner. Ce dernier pourra vous dispenser des conseils pour mettre en place une nouvelle routine de coucher après avoir longuement analysé avec vous le sommeil de votre enfant.

Même si ces nuits sans sommeil sont épuisantes, gardez à l’esprit que cette période de la toute petite enfance est infiniment courte. Écoutez-vous et surtout, demandez de l’aide si vous sentez que la situation vous échappe. Bientôt bébé dormira sur ses deux oreilles…et vous aussi ! C’est promis.

Ce conseil vous a été utile ? Partagez-le autour de vous !