Résultats de l’enquête sur le sommeil de l’enfant

Laudavie

Qu’en est-il du sommeil des enfants dans les familles ? Cette enquête auprès de 1 780 foyers aurait pu s’appeler « dodoscopie » !

Chez les Laboratoires Laudavie nous savons bien qu’en tant que parents, le sommeil est sans équivoque une des préoccupation majeures après l’alimentation. Ceci nous a été confirmé grâce à l’étude réalisée à notre demande par l’Institut des Mamans… qui révèle des chiffres intéressants.

Elle permet de faire le point sur les questions suivantes :

  • A quelle heure se couchent les enfants selon leur âge ? Combien de temps dorment ils en moyenne ? Quelle proportion de petits vs. gros dormeur ? Le profil socio-démographique du foyer de l’enfant a-t-il un impact sur son profil de « dormeur » ?
  • Les troubles du sommeil touchent un enfant sur trois entre 1 an et 11 ans : Que font les parents ? comment aider l’enfant à mieux dormir ?

 

Le sommeil chez l’enfant

Les enfants se couchent plus tard en milieu urbain, 20h30 à partir de 6 mois et au-delà de 21h00 à 9 ans. Cette heure du coucher rend bien compte de l’activité professionnelle des parents qui rentrent d’autant plus tard qu’ils ont un temps de transport conséquent. Pour les plus grands, entre travail scolaire, affirmation de l’indépendance et influence des nouvelles technologies, l’heure du coucher ne correspond pas toujours à l’heure d’endormissement !

Les problèmes de sommeil touchent un enfant sur trois entre 1 an et 11 ans. Les troubles du sommeil sont souvent un motif de consultation, en particulier avant l’âge de 3 ans. Ils se traduisent par des difficultés d’endormissement ou des réveils nocturnes. Focus intéressant, ces problèmes sont plus importants chez les enfants qui partagent peu de temps avec leurs parents. Or 25 % des mères reconnaissent ne pas avoir de temps pour discuter avec lui, faire des jeux, l’écouter raconter sa journée et près de 5% disent même qu’elles ont très rarement du temps le soir à lui consacrer…

 

Un impact sur la vie familiale

Cette enquête met en exergue que les troubles du sommeil ont un impact important sur la vie familiale et en générant de l’anxiété, perturbent durablement le sommeil des parents. 52% d’entre eux considèrent que les répercutions sont importantes, surtout avant l’âge de 3 ans, période à laquelle ils sont très sollicités pour calmer et recoucher l’enfant pendant la nuit. Dans 10% des cas, les parents déclarent que cela a un impact fort sur leur vie de couple, risquant de la mettre en péril.

 

Les clés pour retrouver un bon sommeil ?

Prendre le temps de remettre en place les rituels du coucher, apaisant et rassurant. Ramener de la régularité dans les horaires (bien prévoir les changements d’heure en habituant les enfants à se coucher plus tôt), une ambiance calme le soir à la maison, l’éviction des écrans, la lecture d’une histoire et les câlins, si précieux avant de sombrer dans le pays des rêves…

Découvrez les résultats de cette étude publiée dans la revue Pédiatrie Pratique par le Dr H. DE LEERSNYDER, pédiatre et spécialiste du sommeil à l’hôpital Necker, en cliquant ici.

Ce conseil vous a été utile ? Partagez-le autour de vous !


Ces conseils peuvent vous intéresser