ALLAITEMENT ET SEVRAGE

Eva Ly Thai Bach

Vous avez fait le choix d’allaiter votre enfant à sa naissance, mais aujourd’hui vous souhaitez arrêter ou votre congé maternité se termine et vous devez reprendre le travail. Le sevrage devient alors une option vers laquelle vous souhaitez vous tourner ! Cependant, cette phase de transition n’est pas toujours évidente pour la mère et son enfant. Aujourd’hui nous vous donnons quelques clés pour mieux appréhender cette période !
 

QU’EST-CE QUE LE SEVRAGE ?

Il existe plusieurs définitions associées au mot « sevrage ». Le sevrage est le passage progressif d’une alimentation exclusivement au lait maternel (allaitement exclusif ou allaitement mixte) à une alimentation composée d’autre chose que le lait de la maman allaitante (lait infantile, nourriture plus solide). 

Il y a deux différents types de sevrage : progressif ou naturel.

 

Sevrage progressif

Le sevrage progressif est quelque chose que la mère a plus ou moins décidé de mettre en place. En effet certaines mamans décident d’arrêter l’allaitement à la reprise du travail ou lorsque l’enfant va en crèche ou chez la nounou. D’autres vont d’abord tester l’allaitement mixte avant d’arrêter de tirer leur lait pour passer à une alimentation exclusivement au lait infantile pour les tout petit ou encore couplé à une alimentation solide pour les plus grands.

 

Sevrage naturel

On parle de sevrage naturel en combinaison avec un allaitement non écourté. Dans ce cas précis, l’enfant décide lui-même d’arrêter de téter. Souvent à ce stade, l’enfant a également une alimentation solide à côté. Ainsi la majorité de ses besoins nutritionnels sont remplis par celle-ci. Les dernières tétées subsistantes sont des tétées dites câlins ou de réconfort.

Le sevrage naturel peut aller jusqu’aux 6 ans de votre bout’chou.

 

QUELLES SONT LES ÉTAPES À SUIVRE POUR SEVRER PROGRESSIVEMENT BEBE ?

Un sevrage différent pour chaque enfant

Comme vous vous en doutez, chaque enfant est différent, ainsi chaque sevrage sera unique pour vos petits bouts. 

De plus, l’âge de l’enfant aura également un impact sur son sevrage. En effet, le sevrage sera différent si votre bébé a commencé ou non la diversification alimentaire. Lorsque l’enfant est plus grand il aura d’autres ressources lui permettant de passer au-dessus de la frustration de l’absence de tétées.

Le sevrage sera également différent si vous avez mis en place dès ses premiers jours de vie un allaitement mixte. Votre tout-petit aura donc été habitué au biberon avec du lait maternel. Il faudra dans ce cas changer le lait maternel par du lait infantile.

 

Prendre son temps

Pour les bébés de moins de 6 mois, pour commencer progressivement le sevrage, il faut remplacer une tétée par un biberon une fois par semaine, puis deux, puis trois jusqu’à supprimer complètement les tétées. 

Le sevrage doit se faire progressivement pour le confort à la fois de maman mais aussi du bébé.

Au début du sevrage garder en priorité les tétées du matin et du soir : favoriser le changement de tétée en biberon dans la journée 

Amener le biberon comme un jeu.

Le sevrage peut être fait en 15 jours comme en 1 mois (voire plus).

A partir de 6 mois (diversification alimentaire) votre bébé ne va pas être carencé s’il loupe 1 ou 2 tétées par jour.

Communiquer avec l’enfant même s’il est tout petit : lui dire que les tétées vont s’arrêter et qu’il va maintenant boire son lait au biberon.

 “Découvrez notre article de l’alimentation de l’enfant de 0 à 3 ans

 

Trouver le bon moyen de passer du lait maternel au lait premier âge

Garder en tête que téter au biberon n’est pas inné pour un bébé allaité ! Il lui faudra un moment d’adaptation pour savoir comment faire.

Vous pouvez tout d’abord proposer du lait maternel dans le biberon, puis mélanger le lait maternel au lait 1er âge pour ensuite finir avec des biberons de lait artificiel.

Comment faire si ce n’est pas le lait le problème mais le biberon ? Les sages-femmes affirment que les meilleures tétines pour une bonne transition de l’allaitement au biberon sont les tétines longues en caoutchouc. Celles-ci permettent à bébé de bien positionner sa langue comme il le ferait normalement avec le sein de sa mère. Il existe des dizaines de biberons et tétines différents sur le marché. Il se peut que vous deviez en tester quelques-uns avant de trouver le bon.

Au moment de donner le biberon faites attention à la position dans laquelle vous le présentez à bébé. Il est même parfois préférable qu’une autre personne que la mère, le papa par exemple, donne les premiers biberons. Cela permet d’éviter à l’enfant de ressentir la chaleur et l’odeur du sein de la maman qu’il associe à la tétée.

Si, malgré les 10 biberons et 20 tétines que vous avez acheté, bébé refuse catégoriquement de s’alimenter, ne paniquez pas ! Il existe d’autres manière de donner du lait à bébé en fonction de son âge : DAL, tasse, verre …

 

ET LA MAMAN DANS TOUT CA ?

L’arrêt de la lactation

Bébé boit peut-être maintenant au biberon mais quand est-il de la maman allaitante ? 

La lactation ne s’arrête pas du jour au lendemain, il n’existe malheureusement pas de bouton ON/OFF. Il est tout à fait normal d’avoir encore du lait après le sevrage. La production de lait va peu à peu se stopper d’elle même ! 

Au départ, et pour éviter les engorgements, il est tout à fait possible de tirer son lait. Mais attention à ne pas trop en tirer, cela relancerait la lactation. Le mieux est de le faire moins de fois et jamais complètement.

Il existe également des remèdes de grand-mère pour survivre au sevrage. L’infusion de sauge ou manger beaucoup de persil permet de diminuer la lactation. Quant à la feuille de chou froid sur le sein, elle permet d’atténuer les douleurs d’engorgement.

Pour finir, l’erreur à ne pas faire est d’extraire manuellement le lait quelques semaines après l’arrêt de l’allaitement pour voir si l’on en a encore, cela relance la lactation ! Il faut compter 40 jours de production de lait après la dernière tétée.

 

calmosine allaitement

Le moral

Avez-vous déjà entendu parler du deuil de l’allaitement pour la maman ?

En effet beaucoup de mamans regrettent l’arrêt de l’allaitement exclusif. La fin d’un moment de partage unique avec bébé. La chute d’hormones (prolactine et ocytocine) peut effectivement provoquer une baisse du moral pour la maman allaitante. De ce fait, il est important de prendre du temps pour soi et de se faire plaisir. Votre entourage est également là pour vous accompagner et vous soutenir pendant cette étape de maman.

Découvrir notre article sur la place de l’entourage sur l’allaitement

 

Un manque d’accompagnement

Il existe encore trop peu d’accompagnement pour les mamans lors de cette étape. Il est pourtant très important de s’entourer de professionnels : sage-femme, consultante en lactation IBCLC… ou demander de l’aide à son entourage si vous en ressentez le besoin.

 

LE SEVRAGE, UNE ÉTAPE IMPORTANTE POUR MAMAN ET BEBE

Le sevrage n’est anodin pour personne : ni pour la mère, ni pour le bébé !

Le bébé passe du lait maternel étant l’aliment le mieux digéré par son petit estomac à un nouveau lait infantile ayant un goût totalement différent de celui de sa mère. Il est donc normal que bébé n’accepte pas tout de suite le nouveau lait que vous pouvez lui présenter. De plus, il va lui falloir une adaptation digestive. Il se peut également que votre enfant soit intolérant au lait de vache, ainsi il faudra trouver une alternative à celui-ci.

Le sevrage est également un moment difficile pour votre enfant car l’allaitement était un moment câlin avec bébé. Une parenthèse affectueuse pour la mère et son enfant qui n’est plus tout à fait la même avec le biberon.

Comme dit plus haut, il est aussi difficile, pour certaines mamans, de dire au revoir à l’allaitement. En effet, l’arrêt de la lactation provoque une chute de l’hormone de l’amour (ocytocine) qui peut provoquer des sauts d’humeur. Entre le moment de l’arrêt de l’allaitement et la fin de la lactation, les seins de la maman peuvent être douloureux.

En conclusion, le sevrage n’est pas une étape facile pour tout le monde. Le principal est de se faire confiance, de l’avoir décidé soit même et de sentir le bon moment pour commencer. En effet, on essaye de ne pas tout mélanger et de tout faire en même temps (nounou, entrée à la crèche…), prenez votre temps !

Ce conseil vous a été utile ? Partagez-le autour de vous !