Le refus d’aller se coucher – enfants 4 à 5 ans

Laudavie

Votre enfant refuse d’aller se coucher, préfèrerait continuer à jouer, court dans une autre pièce quand vous lui demandez de se mettre dans son lit, réclame de rester avec vous, ressort de son lit au bout de 5 minutes en vous demandant de l’eau, de faire pipi, ou encore un médicament car il a mal à tel ou tel endroit… ? Comment gérer cette situation commune à de nombreuses familles ?

 

Pourquoi ce refus d’aller au lit ?

 

Sa principale cause est le besoin d’attention. Souvent, et c’est tout naturel, adultes comme enfants rentrent à la maison avec une journée fatigante derrière eux, et les tâches quotidiennes restent à accomplir pour la 2ème partie de la journée. Nous sommes pris par le timing du train-train quotidien pour tout boucler à temps et arrive l’heure du coucher, qui représente pour l’enfant un moment de séparation avec ses parents. Or, aurez-vous passé suffisamment de temps avec votre enfant pour qu’il puisse vraiment profiter de votre présence sans interférence ?

Entre 3 et 5 ans, on entrera dans la période du complexe d’Œdipe : il se peut donc aussi que votre enfant refuse d’aller se coucher car il s’interroge sur la sexualité, réalise que ses parents sont tous les deux ensemble alors que lui se retrouve tout seul dans son lit, et exprime par-là une certaine jalousie envers le parent du même sexe.

Il convient enfin de s’interroger sur des changements récents, ou un épisode survenu au cours de la journée, qui pourraient venir perturber votre enfant.

 

Comment accompagner votre enfant pour faciliter le coucher ?

 

Interrogez-vous sur votre quotidien ! Arrivez-vous, objectivement, à passer du temps de qualité avec votre enfant en rentrant à la maison le soir ? En vous dédiant totalement à lui et en coupant tout ce qui pourrait parasiter vos échanges parent-enfant (téléphone, écrans, etc.) ? Nous vous invitons, si cela vous est possible, à lui consacrer un petit moment privilégié, seul-à-seul, dans la soirée, même s’il n’est que de courte durée ! Vous prendrez ainsi le soin de jouer avec lui, de vous intéresser à sa journée : ce qu’il a appris, ce qu’il a mangé, ce qui lui a plu ou encore ce qui a pu le rendre triste. En pratiquant une écoute active à son égard, vous saurez ainsi le féliciter, partager sa joie, ou le réconforter si nécessaire.

 

Déjà évoqué dans un article précédent, la mise en place d’un rituel du soir peut également s’avérer d’une grande aide pour préparer votre enfant à la séparation du coucher. Vous pouvez même afficher dans sa chambre un tableau des routines quotidiennes, en l’impliquant dans sa mise en place ou sa gestion, pour favoriser son autonomie (petite coche à faire / magnet à déplacer dès que l’action est réalisée par exemple) : se mettre en pyjama, se brosser les dents, lire une histoire…

Ce rituel se terminera de préférence par un moment câlin : vous doperez ainsi chez votre enfant la production d’ocytocine, une hormone qui favorise le sentiment de satisfaction, et réduit l’anxiété et le stress.

Enfin, si vous sentez que le complexe d’Œdipe le perturbe : choisissez des moments détendus pour lui expliquer tranquillement qu’il est tout à fait naturel que son papa et sa maman aient un moment ensemble le soir sans lui, que vous vous occupez de telle ou telle chose pendant ce temps, avant d’aller vous-même vous mettre au lit pour vous reposer jusqu’au lendemain matin. Tout comme lui !

CALMOSINE SOMMEIL

ÊTRE APAISÉ ET BIEN DORMIR AUX EXTRAITS DE PLANTES BIO

Difficultés à s’endormir, réveils nocturnes ou matinaux, les troubles du sommeil sont fréquents chez l’enfant et préoccupent les parents. Grâce aux extraits de plantes certifiées Bio et administrée le soir avant le coucher, Calmosine Sommeil est une alternative naturelle qui permet de retrouver de douces nuits naturellement.

sommeil

Ce conseil vous a été utile ? Partagez-le autour de vous !