Inconfort digestif et pleurs du petit enfant : de quoi parle-t-on ?

Laudavie

Votre bout ’chou pleure beaucoup, vous vous demandez pourquoi. Quand on devient parent (et il faut se le dire, surtout pour le premier enfant), nombreuses sont les questions que l’on se pose chaque jour. C’est aussi cela être parent !

Ces pleurs vous touchent et vous inquiètent. Votre petit chou a l’air d’avoir très mal, il est inconsolable malgré vos plus tendres câlins. Il se tortille, son visage est tout rouge, ses jambes sont repliées sur son ventre. Il est ballonné et quelques petits gaz semblent le soulager… Et cela depuis plusieurs jours et plusieurs heures par jour. Vous vous sentez totalement désemparés.

Dans leur première année de vie, 20% des bébés connaîtront des épisodes de pleurs inconsolables. Si quelques pistes existent, cela reste un des plus grands mystères de la pédiatrie. Il est question de coliques, de stress du nouveau-né, d’une étape de son développement, d’une immaturité du système digestif ou encore nerveux… Pleurer est aussi le seul moyen de communiquer dans les premiers mois de la vie d’un enfant.

Si votre bout ‘chou se nourrit bien, n’a pas de fièvre, a un transit normal et prend du poids. Si vous avez vérifié qu’il est propre, n’a ni trop chaud, ni trop froid. Beaucoup de tendresse devrait venir à bout de cette situation.

Parlez de ces pleurs à votre médecin pour qu’il examine votre enfant et puisse éliminer toute cause organique, comme un reflux-œsophagien, une allergie alimentaire, une invagination intestinale ou tout autre cause.

Observer le moment où surviennent les pleurs

Le Dr Alain Bocquet, pédiatre, conseille de bien observer le moment où le petit pleure*.
« Cela pourra vous aider à mieux comprendre ces pleurs. En effet, on peut distinguer trois situations différentes selon le type d’horaires des pleurs », déclare t’il.

Votre petit bout ‘chou pleure beaucoup en fin de journée

Les pleurs démarrent le soir entre 18 h et minuit. Ils peuvent durer longtemps, jusqu’à 3 heures. Alors que votre bébé était tout calme, c’est souvent vers sa 6ème semaine de vie que ces pleurs apparaissent. Rien de grave, il va bien et cela s’arrêtera vers son 3ème mois.

Vous avez tendance à penser qu’il a faim, à lui redonner le sein ou le biberon, mais rien ne le soulage. Il s’agit des ‘’coliques du nourrisson’’. Impossible de dire vraiment d’où elles proviennent, stress de la naissance, immaturité du tube digestif… la meilleure des recettes : câlins, amour et patience.

Les bébés ont déjà leur tempérament. Peut-être vous en êtes-vous déjà rendu compte ? Les bébés sensibles ont tendance à plus pleurer, notamment à la fin de la journée. Ces pleurs peuvent être causées par un surplus de stimulation ou tout simplement par la fatigue.

Créer un environnement le plus paisible possible. Masser doucement le ventre et le corps de bébé avec une huile appropriée peut l’apaiser. Prendre le temps de lui donner son biberon ou de l’allaiter dans le calme est aussi important, en le laissant boire tranquillement sans le presser. Armez-vous de courage et surtout n’hésitez pas à demander de l’aide pour pouvoir vous reposer et prendre soin de vous.

Votre petit bout ‘chou pleure surtout au moment des repas

Il pleure à la fin de la tétée ou du biberon. « Il peut s’agir d’un réflexe au niveau de son système digestif, très fréquemment observé chez les enfants gloutons qui boivent très rapidement sans faire de pause ni de rot », précise le Dr Alain Boquet. N’hésitez pas alors à lui imposer des pauses pour qu’il ne boive pas son biberon ou ne prenne sa tétée d’une traite ! Cela limite l’absorption d’air durant la tétée ou le biberon. Essayer de bien lui faire faire le rot.

« Un bébé qui n’est pas rassasié en fin de tétée du fait d’une insuffisance de lait maternel va aussi beaucoup pleurer » nous explique le pédiatre.

Enfin, s’il pleure 20 à 30 minutes après le biberon, avec des gargouillements, des gaz, des selles liquides et acides responsables d’un érythème fessier, demandez conseil à votre médecin. Il s’agit sans doute d’une mauvaise digestion du lactose. Une allergie aux protéines du lait de vache va aussi se manifester par des signes divers, plus ou moins rapidement après le biberon.

Votre petit bout ‘chou pleure à toute heure de la journée

« Si les pleurs surviennent à toute heure, aussi bien le jour que la nuit, cela peut être dû à un reflux gastro-œsophagien non extériorisé ou à un problème dans la relation affective avec la mère », souligne le Dr Alain Bocquet. Si vous êtes très stressée, votre bébé le ressent… Prenez du temps pour vous et pour vous reposer.

Dans tous les cas, éviter la suralimentation (trop de biberons ou de tétées).

Apporter toute votre attention, porter votre bébé quand il pleure ne fera pas de lui un bébé capricieux ! Répondre à son besoin de contact va l’aider dans la construction d’un socle affectif solide.

L’approche sensorielle donne de bons résultats, voici quelques pistes :

  • Bercer le bébé doucement et lui chanter des berceuses, le son de votre voix contribue à le rassurer
  • Prendre le temps pour un « peau-à-peau»
  • Porter bébé dans un porte-bébé ou une écharpe
  • Lui faire un massage abdominal en caressant dans le sens des aiguilles d’une montre
  • Donner lui un bain s’il aime ça

Eviter de voir trop de monde, de beaucoup bouger. Rester tranquillement à cocooner à la maison le temps que votre petite famille trouve ses marques.

« Il ne faut jamais laisser un bébé pleurer, car ses pleurs expriment toujours un besoin. Celui de manger, de dormir, d’être rassuré ou d’entrer en interaction avec son entourage, rappelle le pédiatre. D’ailleurs, ces douleurs sont souvent calmées par les bras. »

 

—–

A partir de l’article paru dans la revue Pédiatrie Pratique, n°234 – janvier 2012. Pleurs incessants du nourrisson en cas d’inconfort digestif. Le point de vue d’un pédiatre libéral… A. BOCQUET, Groupe Nutrition de l’AFPA ; Besançon D.R.

Ce conseil vous a été utile ? Partagez-le autour de vous !