Diversification alimentaire : Mode d’emploi

Laudavie

Les premiers mois de la vie de bébé sont passés à la vitesse de l’éclair et il est déjà temps de penser à la diversification. Une étape très importante dans sa vie et la vôtre. Quand et comment commencer, quelles sont les erreurs à ne pas commettre ? Découvrez nos conseils pour initier bébé en douceur aux joies de la gastronomie !

La première interrogation des parents concerne l’âge auquel débuter la diversification. Certains pédiatres recommandent de démarrer dès les 4 mois de bébé alors que d’autres conseillent d’attendre jusqu’à l’âge de 6 mois. Il est important que vous en discutiez avec le médecin qui suit votre enfant afin de lui demander conseil. Il arrive par exemple qu’un pédiatre recommande d’introduire les aliments solides plus tôt, notamment si bébé souffre d’un important reflux. Il n’y a aucune règle autre que celle adaptée au rythme et aux besoins de votre enfant. L’important est de choisir le bon moment et de ne pas démarrer ni avant 4 mois, ni après 6 mois.

 

Comment débuter la diversification ?

 

La diversification alimentaire consiste à introduire progressivement des fruits, des légumes et les différentes sources de protéines et de graisse dans l’alimentation de bébé. Attention, cela ne signifie pas pour autant que bébé doit cesser de boire du lait, bien au contraire ! A l’âge de 6 mois, l’enfant boit encore entre 500 ml et 800 ml de lait par jour, soit 3 à 4 biberons de lait deuxième âge par jour. La diversification marque également une étape importante dans la vie de l’enfant, il va découvrir la cuillère et la joie de partager un repas en famille. Il est important d’y aller en douceur et de faire confiance à bébé, même si les premières purées finissent sur le sol de la cuisine.

L’idéal pour débuter est de donner d’abord le biberon ou la tétée à bébé puis de lui proposer quelques cuillères de purée. Il doit avant tout se familiariser avec de nouvelles textures et des goûts inédits. On peut donc procéder ainsi pendant une quinzaine de jours avant de passer à la suite. L’idéal est de le faire lors du déjeuner plutôt qu’au dîner, afin d’observer comment l’enfant va digérer. Lorsque bébé prend peu à peu confiance, vous pourrez donner 130 g de légumes bien mixés le midi puis compléter avec un biberon. Au goûter, on donnera 2 à 3 cuillères à café de fruits cuits et mixés en plus du biberon ou de la tétée. Et le soir, on conservera le biberon de lait.

 

Diversification : les aliments à privilégier…et ceux à éviter

 

Si pendant plusieurs années, les recommandations ont varié, on recommande aujourd’hui de faire goûter très rapidement à bébé tous les types de légumes en lui proposant un nouveau légume par jour. Haricots verts, champignons, épinards, courgettes, brocolis, petits pois, artichauts, potirons, tout est possible ! Concernant les fruits, la pomme est parfaite pour débuter mais n’hésitez pas à passer rapidement aux poires, coings, bananes, pêches, abricots, oranges ou bien encore clémentines. Les protéines (viande, poisson, œufs) seront proposées et intégrées seulement aux purées à partir de 7 mois.

Au départ, mieux vaut en revanche éviter les légumes avec trop de fibres comme les endives ou les blettes ; ou ceux avec un goût trop prononcé qui pourraient rebuter bébé, comme les choux, les navets, les oignons, les poivrons, les aubergines. À l’inverse, ayez la main légère sur les carottes car elles constipent.

Concernant le choix des fruits et légumes, ne culpabilisez pas de donner à bébé un petit pot préparé si vous n’avez pas le temps de cuisiner. Ils sont même très bien pensés pour correspondre aux besoins nutritionnels des tout-petits. Si en revanche vous avez envie de vous lancer dans la confection de purées et compotes, privilégiez des légumes bio de saison, ou même des aliments surgelés.

 

Menus types entre 6 et 12 mois

 

Entre 6 et 12 mois, les menus de bébé vont évoluer et vous allez voir que, peu à peu, il pourra manger presque comme vous.

 

Menus de bébé à 6 mois

  • Matin : Biberon de 180 ou 200 ml de lait + céréales avec gluten
  • Midi : 130 g de purée légumes/féculents/protéines (10 g de viande, poisson ou œuf) + 130 g de compote de fruits cuits variés.
  • Goûter : Un biberon de lait + une compote
  • Soir : Biberon de 180 ou 200 ml de lait + céréales avec gluten, si possible aux légumes.

Menus de bébé à 9 mois

  • Matin: Biberon de 210 ml de lait + céréales avec gluten
  • Midi : 200 à 250 g de purée légumes/féculents/protéines (10 g de viande, poisson ou œuf) avec une cuillerée d’huile, de beurre ou de crème fraîche + 130 g de compote de fruits cuits variés. On peut alors commencer à introduire les morceaux.
  • Goûter : Un biberon de lait + une compote + un biscuit
  • Soir : Un biberon de 120 ml de lait + la moitié d’un pot de 130 g de purée de légumes ou de la soupe maison avec une cuillère de beurre + Un petit-suisse ou du fromage blanc.

Menus de bébé à 12 mois

  • Matin : Un biberon de 210 à 240 ml de lait + des céréales infantiles
  • Midi : 200 à 250 g de purée légumes/féculents/protéines (20 g de viande, poisson ou œuf) avec deux cuillères à café d’huile, de beurre ou de crème fraîche + 130 g de compote
  • Goûter : Un biberon avec 210 à 240 ml de lait ou un laitage + une compote + un boudoir ou morceau de pain.
  • Soir : Un potage de légumes avec des féculents (pomme de terre, riz, pâtes, semoule) + un laitage au choix + une compote ou un fruit écrasé

 

La DME, diversification menée par l’enfant

 

Le principe de la DME est d’initier bébé à une alimentation solide sans passer par l’étape purée (ou en complément de celle-ci !). Une méthode qui stimule l’autonomie, éveille au goût, favorise l’apprentissage de la mastication, développe la motricité fine et permet aussi de réduire le risque de blocages alimentaires. En concertation avec le pédiatre, on peut donc proposer à bébé dès 6 mois, lorsqu’il peut tenir assis avec appui, un morceau de fruit ou de légume mûr et bien cuit (de la taille du poing fermé de l’enfant), du pain grillé, une galette de riz, des boulettes de viande hachée, des lanières d’omelette etc. Bébé est autonome, il mange seul et décide de ce qu’il veut manger, la démarche est donc très différente d’une diversification classique.

Pour les parents préoccupés par le risque d’étouffement, soyez rassurés ! Si bébé tente d’avaler un morceau trop gros, le réflexe vomitif va déplacer l’aliment vers l’avant de la bouche pour que bébé puisse le mastiquer à nouveau. Attention toutefois à ne pas donner à bébé des aliments qui ne sont pas adaptés à la DME comme des grains de raisin, des myrtilles, des graines, de la laitue ou des légumes et fruits trop durs.