Calmosine Allaitement : une enquête auprès de 60 mères allaitantes souligne son intérêt

Laudavie

D’après un article publié sur le site de sage-femme pratique, rédaction Dr Catherine Faber, préface de Sophie Guillaume.

 

Favoriser l’allaitement en soutenant la mère

 

Préface de Sophie Guillaume,
Sage-femme coordonnatrice en maïeutique (Hôpital Necker, Paris),
Présidente d’honneur du CNSF (Conseil National des Sages-Femmes).

« Le premier constat en France, si on se réfère à l’Enquête nationale périnatale de 2016(1), est que l’allaitement maternel exclusif en maternité a baissé de manière importante entre 2010 et 2016. Un mois après la naissance, les chiffres s’effondrent. Indéniablement, nous devons progresser sur l’accompagnement de la maman allaitante. » constate Sophie Guillaume, sage-femme coordonnatrice en maïeutique (Hôpital Necker, Paris), Présidente d’honneur du CNSF (Conseil National des Sages-Femmes)

Si la lactation est un processus naturel qui se met en action après la naissance, il provoque des émotions et des ressentis qui ne sont pas toujours bien compris. Cet état général de la mère a une incidence sur la qualité de l’allaitement et peut contribuer à un arrêt prématuré de ce dernier. Éliette Abécassis, dans son livre Un heureux événement, montre bien la difficulté des mères dans cette période de post-partum immédiat. Après avoir été choyées pendant la grossesse, elles ne sont plus au centre des attentions dans le post-partum. Toutes les fées se penchent alors sur le berceau.

Préparer, accompagner l’allaitement avant et après l’accouchement sur le premier mois par des professionnels compétents est fondamental.
« Envisager un complément alimentaire issu de la phytothérapie, avec des plantes aux vertus à la fois stimulantes sur la lactation mais aussi assurant récupération, détente à la mère, semble une piste intéressante. Les laboratoires Laudavie, une équipe de femmes entourées d’experts du monde de la santé, de la pharmacie, de la petite enfance, des mères, favorisent la qualité de l’allaitement maternel en soutenant la mère. » conclue la sage-femme.

Enquête nationale périnatale : Rapport 2016, les naissances et les établissements de santé. Situation et évolution depuis 2010, rédigé par INSERM et la DRESS.

***************

L’allaitement maternel est reconnu comme une question de santé publique (1). Il est donc important d’offrir aux femmes qui ont choisi d’allaiter leur enfant des solutions permettant de faciliter son maintien dans la durée conformément aux recommandations internationales et françaises. Une étude réalisée en 2019 par l’Institut des Mamans pour les Laboratoires Laudavie a testé les effets de Calmosine Allaitement chez des mères rencontrant des obstacles au bon déroulement de cette pratique intime. Calmosine Allaitement est un complément alimentaire dont la formule innovante (à base d’extraits naturels de plantes, de magnésium et de vitamine B8) a été développée en collaboration avec des sages-femmes, des consultantes en lactation, des mères et des pharmaciens.

On sait que le lait maternel satisfait à lui seul les besoins des nourrissons pendant les 6 premiers mois de vie (1). Ses bénéfices pour la santé de l’enfant, mais aussi de sa mère sont scientifiquement prouvés. Ils se font sentir tant à court qu’à moyen et à long terme (1). Ainsi, un allaitement maternel prolongé protège les nourrissons contre les diarrhées, les otites aiguës et les infections respiratoires notamment.

Ses bienfaits concernent également leur développement psychoaffectif et cognitif, leur risque d’asthme et d’eczéma pendant les 2 à 3 premières années de vie, et plus tardivement, le risque de survenue de certaines maladies chroniques comme le diabète. L’allaitement procure aussi des bénéfices sanitaires importants aux mères et, de plus, a un impact économique et environnemental positif. Les recommandations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et du Programme national nutrition santé (PNNS) d’un allaitement maternel exclusif des nourrissons jusqu’à 6 mois reposent sur ces nombreux avantages (2,3).

 

Des progrès à faire en France

 

Plusieurs études ont permis de dresser un état des lieux de l’allaitement maternel en France et de son évolution au cours des dernières années (4-6). Selon l’étude Epiphane, seulement 39 % des enfants étaient encore allaités à 3 mois (10 % de façon exclusive) et à 6 mois, ils n’étaient plus que 23 % à être nourris au sein (5). Un rapport révèle également que l’allaitement maternel exclusif durant le séjour à la maternité a considérablement diminué entre 2010 et 2016(6). La France est l’un des pays européens où la pratique et la durée de l’allaitement maternel sont les plus faibles (1).

 

Une étude de satisfaction chez 60 mamans : contexte et critères de sélection

 

Les effets de Calmosine Allaitement ont été testés chez 60 mères. Leur bébé avait de quelques jours à 8 mois (en moyenne 25,9 jours). Ces mamans pratiquaient un allaitement au sein exclusif (82 %) ou mixte. Elles étaient le plus souvent multipares (61,7 %) et en couple (95 %). La majeure partie de ces mamans (85 %) souhaitaient continuer à allaiter leur enfant pendant au moins 3 mois. Un autre critère de sélection était l’acceptation par la maman de poursuivre l’allaitement au minimum 1 mois après la réponse au questionnaire utilisé lors de l’inclusion dans l’étude. D’autres critères étaient pris en compte pour la sélection des mères à savoir leur perception du niveau de lait, du niveau de fatigue, des difficultés d’allaitement et/ou de la qualité de l’humeur. Les mamans estimaient l’importance de ces trois derniers paramètres sur une échelle de 1 à 10.

La cure de Calmosine Allaitement consistait en l’administration d’une ou deux dosettes par jour pendant deux semaines, à domicile. Les mères ont répondu à 2 questionnaires auto-administrés en ligne, le premier après une semaine et le second après deux semaines de cure.

Avant de démarrer la cure, 98 % des participantes avaient reçu des conseils en allaitement. Les sages-femmes sont les premières conseillères des mères (88,3 %). Elles ont aussi recours à internet (sites, blogs, avis de mamans en ligne) dans 43,3 % des cas.

La fatigue est un état partagé par la grande majorité des mères avant de commencer le test : 93,3 % d’entre elles ont attribué une note ≤ 6 au niveau de fatigue au début de la cure. Plus de deux-tiers (65,5 %) ont émis le même jugement défavorable pour qualifier la qualité de leur humeur. Des difficultés d’allaitement ont été rapportées par 43,3 % des mères. Près d’un quart (23,3 %) estimaient avoir un niveau de lait « insuffisant ».

 

Des bénéfices sur l’allaitement pour plus de 8 mères sur 10

 

Un effet bénéfique sur la production de lait
La durée d’utilisation de Calmosine Allaitement a été de 13,5 jours en moyenne.
Une amélioration de la qualité de l’allaitement a été constatée tout au long de la cure par les mères qui utilisaient le produit. Globalement, plus de 7 mères sur 10 font état de bénéfices sur l’allaitement et cela dès la première semaine de cure. Concernant la lactation, plus de trois-quarts des mères (78 %) ont rapporté une augmentation de la production de lait, sans pour autant que le niveau de lait ne soit jugé trop abondant (figure 1).

 

Baisse de la fatigue et meilleure humeur

 

Chacun des paramètres évalués s’est amélioré, avec des résultats plus marqués sur le niveau de lait perçu et sur la fatigue. Une amélioration de l’état de fatigue a été observée par 83 % des testeuses et jusqu’à 87,5 % lorsqu’elles présentaient une fatigue importante lors du recrutement (figure 2). Du fait de cette baisse de fatigue, les mamans soulignaient avoir plus d’énergie pour s’occuper d’elles, de bébé et de la maison.

Niveau de fatigue : évolution des notes tout au long de la cure

Le sentiment d’être moins fatiguée au terme de la cure est associé à une meilleure humeur. L’humeur a évolué favorablement chez 68 % des mères au global. Cet effet est, lui aussi, plus fréquemment rapporté par celles qui l’avaient jugée mauvaise lors de leur sélection (87 %).

 

Un fort taux de satisfaction des mères

 

Après la première semaine de cure, 9 mères sur 10 se disent satisfaites de Calmosine Allaitement, dont 25% très satisfaites. Ce chiffre continue de croître légèrement pendant la seconde semaine (figure 3) avec 40% de mères très satisfaites. La praticité et la facilité d’utilisation du produit grâce au format dosette sont plébiscitées par toutes les mères. À noter que cette satisfaction n’est pas dépendante de la difficulté de l’allaitement, de la fatigue perçue ou de l’humeur avant le début de la cure.

Taux de satisfaction des testeuses vis-à-vis de la cure

Plus de 9 mères sur 10 sont prêtes à recommander Calmosine Allaitement à une amie, et ce dès la première semaine d’utilisation. Plus de trois-quarts (76,7 %) achèteraient Calmosine Allaitement dès la fin de la première semaine de cure et 81,7 % après l’avoir testé pendant deux semaines. Les intentions des mères concernant la recommandation et l’achat du produit sont, là encore, indépendantes de leurs caractéristiques initiales.

De façon quasi unanime, la composition à base de plantes de Calmosine Allaitement constitue un réel atout : 70 % des mères la jugent très importante et 25 % estiment que c’est un « plus ».
En revanche, son goût en est le point faible : seulement un quart des testeuses (respectivement 28,3 % et 25 % après la première et la deuxième cure) ont pris le produit directement au stick et ont trouvé le goût agréable. La majorité d’entre elles ont préalablement dilué les dosettes, le plus souvent dans un verre d’eau (53,3 % et 46,7 %).

 

Calmosine Allaitement : un réel intérêt pour soutenir la maman qui allaite

 

Divers facteurs susceptibles d’influencer négativement l’allaitement maternel ont été identifiés (1). Entre autres, le sentiment de ne pas avoir suffisamment de lait constitue l’une des principales causes d’interruption précoce de l’allaitement. Selon des données américaines, environ 60 % des femmes arrêtent d’allaiter leur enfant plus tôt que désiré et, parmi les diverses raisons avancées, 57,8 % citent un manque de lait (7). Dans la majorité des cas, cette idée trouve son origine dans le manque de confiance des mères en leur capacité et n’est pas liée à un problème physiologique (8). La perception d’une production insuffisante de lait a toutefois des conséquences importantes, puisqu’elle entraîne anxiété et sentiment de perte de contrôle (9).

Par ailleurs, comme le montre une enquête menée par le CIANE**, la sensation de dépression et les difficultés liées à l’allaitement font partie des principaux motifs invoqués en rapport avec le désarroi ressenti par les mères lors du retour à la maison(10). Enfin, la fatigue a un impact important sur la durée de l’allaitement maternel (8).
Afin d’améliorer la pratique de l’allaitement maternel en France, les pouvoirs publics et l’ensemble des acteurs de ce domaine plaident pour la mise en œuvre de mesures favorisant son initiation et sa poursuite pendant la période recommandée. À la lumière du retour des testeuses, Calmosine Allaitement peut constituer une approche intéressante pour aider les mères allaitantes, en complément d’un accompagnement global et d’un suivi par un professionnel de santé.

 

* Épidémiologie en France de l’alimentation et de l’état nutritionnel des enfants pendant leur première année de vie.
** Collectif InterAssociatif autour de la Naissance.

 

***************

 

Sources

  1. Plan d’action : Allaitement maternel. Rapport du Pr Dominique Turck, juin 2010.
  2. https://www.who.int/maternal_child_adolescent/topics/child/nutrition/breastfeeding/fr/ (dernière consultation le 4 octobre 2019).
  3. PNNS. Le guide l’allaitement maternel.
  4. Salavane B et al. Taux d’allaitement maternel à la maternité et au premier mois de l’enfant. Résultats de l’étude Épifane, France, 2012. BEH 2012 ; 34 : 383-7.
  5. Salavane B et al. Durée de l’allaitement maternel en France (Épifane 2012-2013). BEH 2014 ; 27 : 450-7.
  6. Enquête nationale périnatale. Rapport 2016. Les naissances et les établissements. Situation et évolution depuis 2010.
  7. Odom EC et al. Reasons for earlier than desired cessation of breastfeeding. Pediatrics 2013 ; 131 : e726-32.
  8. Anne-Sophie Ferreira. Thèse pour le diplôme d’état de docteur en pharmacie. L’allaitement maternel en France : place et stratégie d’un laboratoire de compléments alimentaires. Février 2018.
  9. Peacock-Chambers E et al. Perceived Maternal Behavioral Control, Infant Behavior, and Milk Supply: A Qualitative Study. J Dev Behav Pediatr 2017 ; 38 : 401-8.
  10. « Sortie de maternité et bien-être des femmes » (2012). https://ciane.net/wordpress/wp-content/uploads/2012/11/DossierSortieMaterniteNov2012.pdf

Ce conseil vous a été utile ? Partagez-le autour de vous !