Que faire en cas de baisse de la lactation ?

Laudavie

Depuis quelques jours, vous avez l’impression que votre bébé n’est jamais rassasié, il réclame à manger très fréquemment et peut même passer la journée et la nuit au sein. Dans votre tête tout se bouscule : « Et si je n’avais plus assez de lait pour nourrir mon bébé ? ».

 

Que faire en cas de baisse de lactation ?

Première chose à faire : Rassurez-vous ! Il est extrêmement rare qu’une lactation vienne à s’arrêter du jour au lendemain. Le plus souvent, ces périodes où votre enfant se met à réclamer plus fréquemment et où vous pouvez également avoir l’impression d’avoir les seins plus « vides » correspondent à des étapes de l’allaitement (par exemples poussée de croissance de votre bébé, adaptation hormonale de la lactation…).

Dans ces moments-là, il faut laisser le sein à disposition de votre enfant, même si pendant 48h vous ne faites plus que cela. C’est votre enfant qui gère votre lactation et qui indique à votre corps quelle quantité de lait produire, afin notamment de s’adapter à sa croissance. Un enfant de 7 jours n’a pas les mêmes besoins qu’un enfant de 4 mois. Votre corps a donc besoin de faire varier la quantité et la composition du lait qu’il produit tout au long de l’allaitement.

Si dans ces moments-là, vous restreignez l’accès au sein ou si vous donnez du lait artificiel à votre enfant, cela risque de perturber la communication entre votre corps et votre enfant, et ils ne seront plus « en phase ». Votre enfant, en tétant plus souvent et plus longtemps indique à votre corps qu’il a besoin de plus. Il faut alors 24 à 48h à votre corps pour augmenter la quantité de lait. D’ailleurs, c’est souvent au terme de cette période que vos seins se retrouvent à nouveau tendus.

 

Contrôler les comportements de bébé

Afin de savoir s’il s’agit bien d’une évolution normale de votre allaitement et non d’une baisse de lactation, vous pouvez vous aider et vous rassurez grâce à certains repères :

*Mon bébé a-t ’il des selles et des urines régulières ? On considère qu’un bébé allaité de plus d’une semaine doit avoir au moins 6 couches lourdes d’urines par jour ainsi que minimum 2 selles par jour. Cela peut même être après chaque tétée.

*Il est bien éveillé et sa peau est douce et souple,

*Vous pouvez également l’entendre déglutir au moment des tétées,

*Si besoin, vous pouvez éventuellement faire peser votre bébé auprès de votre sage-femme, votre consultante en lactation, votre médecin ou de la PMI, après 48h de tétées à volonté.

Nous avons également trouvé pour vous une application : https://vanillamilk.fr/ qui vous permettra de trouver facilement un professionnel de santé formé en allaitement maternel autour de vous et qui pourra vous accompagner et vous conseiller !

 

Les perturbateurs de l’allaitement…

Le stress, la fatigue ou une maladie peuvent venir interférer avec la régulation hormonale de la lactation. Si vous en ressentez le besoin, vous pouvez vous aider des compléments alimentaires à bases de plantes ou de tisanes afin d’aider votre corps à augmenter sa production. Les plantes ayant un effet bénéfique sur la lactation son notamment le fenugrec, le malt de bière, l’anis et le fenouil. Des solutions naturelles vous permettront de vous apaiser. La passiflore permet de retrouver un sentiment de bien-être et de se détendre en cas de stress. Le magnésium contribue à réduire votre fatigue. Buvez également régulièrement au cours la journée (minimum 1,5L par jour) et gardez une bouteille d’eau à disposition pendant la tétée (la production d’ocytocine pendant la mise au sein donne soif !).

Nous ne vous le dirons jamais assez, faites confiance à votre enfant et en vos capacités à l’allaiter.

Ce conseil vous a été utile ? Partagez-le autour de vous !