Le 4e trimestre de grossesse

Laudavie

Vous le savez toutes et tous, une grossesse dure en moyenne 9 mois, soit 3 trimestres. Mais depuis quelques temps, vous entendez peut-être parler d’un 4ème trimestre de grossesse : il s’agit en réalité des 3 premiers mois du post-accouchement. Ce 4ème trimestre est aussi appelé continuum ou matrescence (contraction de maternité et adolescence).

Cette période post-accouchement est synonyme de grands chamboulements à tous points de vue, qu’ils soient physiques ou mentaux. Malheureusement, ce 4e trimestre de grossesse est très souvent oublié et les futures mamans n’en entendent pas suffisamment parler avant de passer par cette étape. Il existe en effet beaucoup de questionnement autour de ce sujet.

Si les 3 trimestres de la grossesse sont bien connus et balisés et s’il est facile de trouver de nombreuses informations sur cette période, les informations que l’on reçoit sur ce 4ème trimestre se résume bien souvent à l’allaitement ou à la rééducation périnéale. Tout le reste est occulté.

Nous allons tenter de vous éclairer un peu plus sur ce sujet !

 

Le concept de « matrescence » ou « continuum »

Le terme de matrescence a été inventé en 1973 par Dana Raphael, une anthropologue américaine. Elle écrit dans un essai sur l’allaitement que “L’accouchement entraîne une série de changements spectaculaires sur l’état physique de la nouvelle mère, son état émotionnel, ses relations aux autres et même dans son identité de femme. Je distingue cette période de transition des autres, en l’appelant matrescence pour mettre en avant la mère et se concentrer sur son nouveau mode de vie“.

Jean Liedloff, autrice d’un essai publié en 1975 parle quant à elle du concept du continuum. Pour elle, dès la naissance, le contact physique mère-enfant doit être préservé jusqu’à ce que celui-ci puisse s’en détacher par lui-même, en toute confiance.

Cette période est un véritable séisme identitaire pour celle qui apprend à être mère en même temps qu’elle le devient. Cette période peut aussi laisser la maman désemparée, déboussolée par des réactions qu’elle ne contrôle pas.

On observe alors de nombreuses modifications dans le corps et l’esprit de la mère pendant cette période.

 

Le besoin de fusion avec son bébé

Il est souvent décrit un besoin de fusion intense entre la mère et l’enfant, l’envie de ne faire qu’un, lors des trois premiers mois de vie du bébé. Cela est quelque fois mal vécu par les mamans qui ne comprennent pas ce changement avec la femme, souvent indépendante, qu’elles étaient auparavant.

L’entourage peut également participer à ce désarroi avec divers commentaires sur le maternage excessif de votre enfant, ce qui en ferait un « enfant à bras », incapable d’indépendance en grandissant. Ces réflexions remettent en question les réflexes primaires qui entourent l’arrivée d’un enfant !

 

Le réflexe de « survie » du bébé

Le nouveau-né humain est le plus immature des bébés mammifères, il a un besoin physiologique d’être porté, touché, enveloppé. Depuis la nuit des temps, la survie et le développement du bébé humain dépendent des interactions avec les adultes qui l’entourent, et en particulier avec sa mère. Il est important de comprendre que l’enfant est programmé pour rechercher le contact, la chaleur, la nourriture, les interactions. Les pleurs sont le moyen d’attirer la mère à son contact. C’est un atout à sa « survie » et la survie de notre espèce au fil des millénaires écoulés.

Pendant la grossesse, votre enfant était nourri, réchauffé, oxygéné par votre corps. Après la naissance, faire tout cela lui-même lui demande des efforts jusqu’alors inconnus. Le contact avec sa mère lui apporte la chaleur, la sécurité et le lait dont il a besoin. Il n’a donc aucune raison de vouloir rester dans son lit, loin de vous. C’est pour cela que très fréquemment, on entend les mamans dire que leur bébé ne veut dormir que dans leur bras.

Il faut voir ce dernier trimestre comme un trimestre façon kangourou, le prolongement physique de la fusion de la grossesse. Dès que votre bout d’chou deviendra plus autonome, il quittera spontanément ce cocoon rassurant. N’hésitez donc pas utiliser le cododo, le portage, le peau à peau afin de le rassurer. Ecoutez votre instinct, faites-vous confiance !

 

Du côté de la maman

Côté hormones

Chez maman, une production importante d’ocytocine (l’hormone de l’attachement) à lieu dans les premiers moments après la naissance. Sont également présentent dans le corps de la mère des endorphines et de la prolactine, à des taux très élevés. Ces 3 hormones sont notamment relarguées à chaque tétée. Bien sûr ces hormones facilitent ces comportements de maternage et d’attachement, mais ne les déterminent pas et il n’est pas forcément nécessaire d’avoir accouché pour en ressentir les effets. Il a été prouvé que les pères et même les parents adoptifs se mettaient à secréter ces hormones au contact de leur enfant.

 

Côté physique

Au niveau corporel, la régression des structures mises en place pendant la grossesse fait partie d’un cheminement vers un nouvel équilibre, et cela prend du temps ! L’utérus reprend petit à petit sa place. Pendant la grossesse il a multiplié sa taille par 40 et dans les premiers jours après l’accouchement il pèse encore près de 1 kilo. Ses ligaments de soutien se sont distendus, et le périnée n’a pas encore récupéré sa tonicité d’avant. Les abdominaux qui servent à la posture ont été étirés, et les grands droits (les tablettes de chocolat) se sont allongés de 15 cm. Vous avez également perdu en moyenne 7 à 8 kg qui correspondent à votre bébé, son placenta, son liquide amniotique et de l’œdème présent dans votre corps en fin de grossesse. L’accouchement est probablement le seul moment de votre vie où vous perdrez autant de poids en l’espace de quelques heures ! Il est donc important pour la maman de passer du temps allongé le temps que son corps récupère et s’habitue à toutes ces modifications.

De plus s’occuper d’un nouveau-né prend du temps et de l’énergie. N’hésitez pas à déléguer toutes les taches qui ne sont pas indispensable. Mais il ne s’agit pas là non plus de laisser l’entièreté de cette responsabilité à votre partenaire. Lui aussi vit cette phase de chamboulement et lui aussi peut fatiguer. Pour le couple, c’est un grand bouleversement dans ses habitudes. Il faut créer un nouvel équilibre familial.

 

Demandez de l’aide !

N’hésitez pas à vous entourer des membres de votre famille, d’amis voire même de faire appel à des soignants ou encore à une aide-ménagère. Dans de nombreuses cultures, les 40 jours post accouchement sont une période où la maman se voit complètement soulagée de ses obligations pour se concentrer sur sa récupération physique et la création du lien avec son bébé et il est prouvé que ces mères présentent moins de dépression du post-partum.

Comme le dit un proverbe africain : Il faut tout un village pour élever un enfant.

Cette période est précieuse : il s’agit aussi de devenir une mère et par cela changer de statut. Suivez vos envies et le rythme de votre bébé. Prenez du temps pour vous pour aider votre corps à reprendre des forces après cette épreuve. Oubliez le rythme social et profitez de ce « mois d’Or » pour vivre pleinement cette transformation, votre matrescence !

 

Pour en savoir plus sur le sujet :

  1. Liedloff, « Le concept du continuum : à la recherche du bonheur perdu », 1975.

Livres :

« Bien vivre le quatrième trimestre de la grossesse » par Ingrid Bayot (sage-femme et formatrice en périnatalité et allaitement), éditions Eres.

« Bien vivre le quatrième trimestre au naturel » par Julia Simon (Naturopathe), First Edition.

Podcast :

« La matrescence » par Clémentine Sarlat.

Ce conseil vous a été utile ? Partagez-le autour de vous !